Description et fonction

Article rédigé par Louna Jouve

                        LA REINE DES ABEILLES

    C’est la "mère" de la ruche car c’est elle qui donne naissance à toutes les abeilles. Elle est la seule qui pond dans la ruche.                                    

 I. DESCRIPTION

 

  Elle est reconnaissable à sa taille plus longue que celle des ouvrières, elle atteint 18 à 20mm (contre 14 à 15mm pour les ouvrières). Son abdomen est très développé et contient des organes génitaux .Comme elle ne butine pas elle n'a pas de sac à pollen.

        ReinePhotographie prise par Matthew Gregger (Pixabay)

           

 

 

Elle libère de nombreuses phéromones (ce sont des substances chimiques émises par la plupart des animaux et  certains végétaux et qui agissent comme des messagers entre les individus d'une même espèce, transmettant aux autres organismes des informations qui jouent un rôle dans l'attraction sexuelle notamment.) dont l’influence s’avère extrêmement importante pour l’organisation de la colonie en favorisant le butinage, la construction de la cire ou          l’élevage du couvain. (On nomme couvain l'ensemble des œuf, larves et nymphe, protégés par les ouvrières). Sa simple présence maintient la cohésion et la stabilité de la colonie.

Sa couleur est souvent différente de celle des abeilles avec souvent des reflets chauds ou bronzés, elle a une  démarche      très lente et ne se déplace qu’entourée d’une cour qui l’escorte (accompagne), la lèche et prend grand soin d’elle.

II. LE ROLE DE LA REINE DES ABEILLES :

                                        Elle se repose peu et passe son temps, non pas à commander ou donner des ordres, mais à pondre : une vrai machine à pondre. Parfois elle pond plus de 2000 œufs certains jours, disons un toutes les 45 secondes . Et il en faut de l’énergie pour pondre tout cela : c’est plus que le poids de la pondeuse, et rien que en une seule journée, soit prés de 300 milligrammes. Pour pondre tout cela il faut nécessairement une bonne et abondante nourriture concentrée. Les abeilles sont autour d’elle pour y pourvoir. Langue à langue elles nourrissent la machine à pondre en lui transfusant une bouillie provenant de leurs glandes ( la glande est un organe) cervicales (au niveau du cerveau ). Cette reine va ainsi vivre prés de 5 ans. Elle aura libéré plus d’un million d’œufs et c’est dans la nature un exemple de fécondité (La fécondité fécon est la capacité de se reproduire ) qui n’est surpassé que par de rares espèces. Cette fécondité n’est pas éternelle et passe par un maximum au moment de sa deuxième année puis décline après la troisième pour être réduite pendant la 4ème. En fin de vie, il arrive qu’elle devienne bourdonneuse, c’est à dire qu’elle ne donne naissance qu’à des mâles (ou faux bourdons). Dans ce cas les œufs ne sont pas fécondés car la reine a épuisé la provision de liqueur séminale de sa spermathèque (est un organe féminin de stockage des spermatozoïdes)et ne pond alors que des œufs sans spermatozoïdes (Un spermatozoïde est une cellules reproductrice ) qui ne vont donner que des mâles. Elle se comporte comme une reine non fécondée et ce sera la perte de la colonie. Il n'y a plus assez de naissance pour assurer la relève. Les abeilles vont vite sans rendre compte et s'en débarrasser sans pitié en élevant une autre reine à partir d'un de ses œufs. La vieille ne sera plus alimentée et devra s'enfuir avec un bon paquet d'abeille: c'est l'essaimage (quand une partie des abeilles quittent la ruche avec une reine) pour former une nouvelle colonie .

→  Il y a donc intérêt pour l’apiculteur de ne conserver que des reines jeunes et productives, il aura aussi intérêt à stimuler (inciter à faire quelque chose) la ponte de façon à libérer en trois ans la totalité des œufs. Ainsi une reine qui a été excellente devient très vite épuisée.

→  Au cours de son existence, la reine est fécondée une fois par plusieurs mâles. Il faut savoir que les spermatozoïdes sont des êtres vivants qui vont rester prés de 5 ans dans la spermathèque (est un organe féminin de stockage des spermatozoïdes) de la reine. Elle pond un seul œuf par cellule et commence sa ponte au centre d’un rayon (cadre) propre et bien nettoyé. Avant d’y introduire son abdomen elle y plonge la tête afin de s’assurer que la cellule est propre. L’œuf est posé verticalement, le petit bout adhère au fond et le gros bout s’élève dans l’axe de l’alvéole (sur cette photo, au centre, on distingue bien trois œufs verticalement disposés dans trois alvéoles). A deux jours il s’incline de 45 degrés et à trois jours il repose sur le fond de la cellule. Ensuite il en sort une larve. Une nourriture abondante à base de gelée royal (C’est une substance blanchâtre aux reflets nacrés, à consistance gélatineuse, de saveur chaude, acide et très sucrée, qui constitue la nourriture exclusive) puis du miel et des soins minutieux amèneront dans 21 jours une abeille adulte qui aura un poids de plus de 1375 fois le poids du petit œuf (100 œufs pèsent 12 milligrammes, une larve en fin de croissance 140 milligrammes). Dans l’année la ponte est irrégulière, une interruption intervient en période hivernale, la photopériode semble le facteur le plus plausible pour expliquer cet arrêt de ponte.

Reine 1Photographie prise par Matthew Gregger (Pixabay)

 

 

II.  LA FABRICATION D UNE REINE

→  Les abeilles choisissent au hasard quelques oeufs (de moins de trois jours d'existence) à qui elles donnent une nourriture spéciale appelée gelée royal . C'est un produit blanchâtre, gélatineux un peu acide que les nourrices fabriquent grâce à des glandes qu'elle possède dans la tête. Cette nourriture tonifiante offre la propriété extraordinaire de transformer n'importe quelle larve d'abeille en reine potentielle, capable d'être fécondée par des mâles. C'est une sorte de sirop miraculeux ! Cette gelée royale, et en fait la nourriture de base de toutes les jeunes abeilles qui en absorbent jusqu'au troisième jour de leur naissance, époque à laquelle se joue de la sélection. Seule la reine aura le droit à cette gelée royale toute sa vie. Avec cette potion elle sera adulte dans seize jours au lieu de 21 jours pour une abeille. Les nourricières seront obligés de fabriquer un alvéole,spécial plus grand que les autres pour accueillir cette larve qui va grossir à vue d’œil. Cette cellule royale est facilement reconnaissable : c'est une sorte de gland ou de cacahuète pointé vers le bas. La veille de la naissance de la reine, les ouvrières rongent lacire de cet alvéole, la reine en faisant autant de son côté pour se libérer. Sa première tâche sera de massacrer ses concurrentes qui n'ont pas eu la chance de naître plus tôt, elles seront piquées à mort par la jeune reine, à coup de dard. Les ouvrières évacuent ensuite les cadavres à l'extérieur de la ruche.

→  Quelques jours après la reine quitte la ruche. Elle prend son vol, aussitôt poursuivi par une masse de faux bourdons. L'accouplement aura lieu en plein ciel, vers 100 à 200 mètres. L'étreinte est brève et le pauvre époux en retombe le bas-ventre déchiré... une reine peut avoir une dizaine de rapport avec les mâles, le temps que sa spermathèque soit bien remplie de millions de spermatozoïdes. Rentrée au logis, la mère s'installe très vite à la tâche: dès le deuxième jour elle commence à pondre.
Afin d'éviter les aléas (au sens propre, tournure imprévisible que peut prendre un événement ) des amours en plein vol, certains apiculteurs ont recours à l'insémination artificielle des reines. Ainsi on peut choisir la race de sa reine.

JOUVE Louna

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×